Douleur chronique en 2019 : du changement dans les classifications !

​La douleur chronique primaire est considérée comme une maladie en soi. Elle est caractérisée par une incapacité (invalidité) ou une détresse émotionnelle et ne s'explique pas mieux par un autre diagnostic de douleur chronique.

Grâce à la collaboration entre un groupe de travail de l’International Association for the Study of Pain (IASP) et l’OMS, la douleur chronique figure enfin dans la Classification internationale des maladies (CIM-11) de l'OMS.

Cette classification définit 2 catégories :

Les douleurs primaires 

  • Ce sont des douleurs situées dans une ou plusieurs régions anatomiques qui persistent ou sont récurrentes depuis au moins 3 mois et sont associées à une détresse émotionnelle significative ou à une incapacité fonctionnelle (interférence avec les activités du quotidien et la participation dans les rôles sociaux) et ne pouvant s’expliquer par une autre condition chronique.
  • Les auteurs font remarquer que la récente définition « nociplastique » peut décrire certains des mécanismes en jeu dans ce type de douleur. 

Les douleurs secondaires :

  • Elles sont liés à d'autres maladies en tant que cause sous-jacente et pour lesquelles la douleur peut être considérée à l'origine comme un symptôme.

  • Dans de nombreux cas, la douleur chronique peut persister malgré la réussite du traitement de la cause initiale.

  • Dans de tels cas, le diagnostic de douleur demeure, même après que le diagnostic de la maladie sous-jacente ne soit plus pertinent. 


Parmi les douleurs secondaires, on trouve :

  • La douleur chronique en rapport au cancer 
  • La douleur chronique post-traumatique ou post-chirurgicale 
  • La douleur chronique neuropathique 
  • La douleur chronique secondaire migraineuse ou oro-faciale 
  • La douleur chronique secondaire viscérale 
  • La douleur chronique secondaire musculo-squelettique 

 

La classification met également à disposition des praticiens un système de codage optionnel permettant d’intégrer à la douleur les notions de sévérité, d’évolution temporelle et de présence de facteurs psychosociaux associés. 

Cette inscription validée dans la CIM-11 devrait favorisera la reconnaissance de la douleur chronique comme un problème de santé à part entière et contribuer à améliorer l'accès à un traitement adéquat mais principalement admettre que la douleur chronique est une maladie handicapante au quotidien, avec des répercussions non négligeables sur la vie familiale, sociale et professionnelle.

 

Liens :

  • ASP : https://www.iasp-pain.org/PublicationsNews/NewsDetail.aspx?ItemNumber=8340
  • Communiqué OMS – la CIM 11 : https://www.who.int/fr/news-room/detail/18-06-2018-who-releases-new-international-classification-of-diseases-(icd-11)