mieux comprendre l'EMDR

​EMDR veut dire : Désensibilisation et Retraitement par les Mouvements Oculaires en référence à l’expression anglaise “Eye Movement Desensitization and Reprocessing“

C’est une technique de psychothérapie développée par la psychologue américaine Francine Shapiro dans les années 80 pour les personnes ayant vécu un évènement de vie à l’origine d’un traumatisme psychologique qui a laissé une cicatrice (accident de la route, viol, deuils, désastre naturel…).

Basé sur le modèle de traitement adaptatif de l’information qui considère que les expériences traumatiques passées sont impliquées dans le déclenchement de la pathologie présente, son principe consiste à réveiller l’information douloureuse et perturbante dans laquelle se mêle souvent des situations récentes avec des épisodes du passé, tout en pratiquant une stimulation sensorielle des deux côtés du cerveau qui va empêcher la personne d’entrer dans un mécanisme de défense inconscient.

Plus concrètement :

Notre cerveau, c’est comme un ordinateur : il traite les informations et les classe.

Mais, lorsqu’un événement douloureux se produit, il arrive que notre cerveau se bloque et que, de fait, nous ne parvenons plus à mobiliser nos ressources pour surmonter ou gérer cet événement.

En stimulant les deux côtés du cerveau, l’EMDR active un processus naturel de guérison qui va permettre de “désactiver“ les souffrances, les souvenirs et les émotions négatives stockées dans le cerveau puis, d’aider le cerveau à re-traiter ces informations pour qu’elles soit “digérées“.

Comment l’EMDR peut m’aider ?

Dans la douleur chronique, la thérapie EMDR permet de désensibiliser les aspects émotionnels de la douleur et de modifier la manière dont la personne perçoit et se rappelle la douleur.

Et, c’est en améliorant le souvenir (émotions et pensées) que l’EMDR permet d’améliorer les sensations douloureuses corporelles.

Parallèlement, la stimulation bilatérale va stimuler la sécrétion d’endorphines (morphine naturelle aux effets anti-douleur) qui induit une réaction de relaxation et une diminution des sensations douloureuse et de l’anxiété.

En améliorant la compréhension de soi ainsi que l’estime de soi, la thérapie EMDR permet également de mieux faire gérer les situations. 

  • L’EMDR est une technique puissante, rapide tant en durée qu’en nombre de séances et efficace de manière très durable.
  • Comme les thérapies cognitives et comportementales (TCC) ou la thérapie interpersonnelle, son efficacité dépend beaucoup du patient, de sa faculté à entrer dans la psychothérapie EMDR, du psy EMDR, et de la pathologie en cause.
  • Comme les autres thérapies, elle peut avoir un taux de réussite bon sur certains troubles, moins bons sur d’autres.
  • Elle est notamment très utile chez les patients dont les symptômes s’expriment surtout sur un versant émotionnel ou physique, et peu par des pensées.
  • Dans tous les cas, il n’y a qu’une probabilité de réussite, jamais de certitude.

Comment ça se passe ?

Une séance d’EMDR dure en moyenne 90 minutes et se décompose en 4 phases.

Phase de préparation :

  • Cette phase va notamment permettre au praticien d’analyser votre demande, de valider l’indication et, le cas échéant, l’absence de contre-indication.
  • En plus de ce bilan, le praticien va vous donner toutes les informations utiles sur l’EMDR et répondre à toutes vos interrogations.
  • Il va également vous initier à des techniques de relaxation et de visualisation afin de pouvoir affronter ses souvenirs difficiles en toute sécurité et confiance.

Identification de la cible du traitement

  • Pour identifier la cible à traiter, le thérapeute va vous demander de lui décrire votre douleur et les pensées associées de la manière la plus sensuelle possible, avec des métaphores, des comparaisons….
  • Et c’est ensemble que vous allez sélectionner le ou les événements douloureux sur lesquels vous concentrer durant la stimulation.
  • Le thérapeute va ensuite vous demander de formuler selon un énoncé positif ce que vous aimeriez ressentir à l’avenir. 

Phase de stimulation = désensibilisation

  • C’est la phase de travail à proprement parler.
  • Le thérapeute va travailler avec vous de manière à faire émerger l’événement douloureux puis les sensations et des émotions mais d’une autre façon et ce, plusieurs fois de suite jusqu’à ce que vous soyez satisfait du soulagement obtenu tant physique que émotionnel.
  • Puis, il procédera à la stimulation de manière bilatérale, en alternée et par série.  
  • Entre deux séries, il vous demandera de vous exprimer librement sur ce qui se passe en vous, votre ressenti.  Et c’est ce sur quoi  la série de stimulation suivante sera centrée. 

Ancrage

  • Après la phase de “désensibilisation“ et tout en continuant les stimulations sensorielles, le thérapeute va ancrer la pensée positive (qui est votre objectif et que vous avez exprimé en début de séance).  
  • En vous demandant de vous concentrer sur les changements positifs au niveau de la sensation et de les représenter, de leur donner une image.
  • Et c’est par le biais de nouvelles séries de stimulation bilatérale que cette “nouvelle“ sensation va être ancrée, renforcée.
  •  Enfin, le thérapeute va vous demander de vous imaginer dans 5 ans, soulagé ou en meilleure forme.
  • Le cas échéant, si des émotions négatives réapparaissent, alors le thérapeute réintervient en se focalisant sur les émotions négatives.
  • Les séances de thérapie EMDR se poursuivent jusqu’à ce que les souvenirs et les émotions traumatiques aient disparu.

Francine Shapiro a découvert le processus via le mouvement oculaire.

Mais, la stimulation bilatérale alternée peut aussi être employée en mobilisant l’ouïe ou le toucher par l’utilisation de sons ou de tapotements alternatifs sur les genoux ou les mains. 

L'EMDR, dans quelles indications ?

L’EMDR a initialement été développée dans le cadre des syndromes de stress post-traumatiques suite à l'exposition à un événement stressant ou à un événement traumatique extrême qui a impliqué la mort ou une menace à son intégrité physique (ou de celle d’autrui) comme un accident de la route, un tremblement de terre, un viol…

Depuis, les indications se sont multipliées :

  • Douleurs chroniques : céphalées, migraines, fibromyalgie, douleurs neuropathiques, membre fantôme
  • Troubles anxieux, dont phobies
  • Deuils pathologiques
  • Troubles de l’addiction et du comportement alimentaire

Remboursement

Les séances d’EMDR proposées par les psychiatres sont remboursées par la sécurité sociale si vous respectez le parcours de soin et passez par votre médecin traitant.

Proposées par un psychologue, elles peuvent être prises en charge par la sécurité sociale à condition de vous rendre dans un centre agréé (hôpitaux, centres médico-psychologiques ou CMP).

Sources 

  • Shapiro F. Eye-movement Desensitization and Reprocessing : Basic principles, protocols and procedures. Guilford Press (2001). 
  • Mazzola A. et al. L’EMDR dans le ytraitement de la douleur chronique. Journal of EMDR Practice and Research, Volume 4, Number 3, 2010

     

rejoignez la communauté dooloo

Dooloo est un programme d'accompagnement et de suivi unique conçu pour accompagner l'action de votre algologue et améliorer votre qualité de vie. Abonnez-vous pour bénéficier de l'ensemble de nos services.

voir nos programmes

visitez dooloo mag

visitez dooloo mag

vous y trouverez une sélection d'articles qui vous concernent

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus Fermer

,