mieux comprendre le syndrome du colon irritable

Le syndrome du colon irritable, encore appelé syndrome de l’intestin irritable (SII) ou plus communément colopathie fonctionnelle est un trouble du fonctionnement du tube digestif et précisément du colon.

Le côlon, ou gros intestin, est une partie de l'intestin située entre l'intestin grêle et le rectum.

Il termine la digestion des aliments, débutée dans l'intestin grêle, et participe à la formation et l'évacuation des selles.

 

Le symptôme le plus répandu est la douleur au niveau du ventre.

  • Elle peut irradier dans le dos ou dans les cuisses et occasionner une simple gêne ou une sensation très violente.
  • Elle se manifeste de façon anarchique dans la journée et varie d'un jour à l'autre.
  • Du simple inconfort à des crampes violentes, elle peut être soulagée après l'évacuation de gaz ou de selles.



Les ballonnements sont un autre symptôme fréquent.

  • Ils peuvent provoquer un gonflement évident du ventre et empêcher de mettre des vêtements ajustés au niveau de la ceinture.
  • Parfois, ils sont uniquement subjectifs avec un ventre plat mais la sensation d'être “plein d'air“.


 

Les troubles digestifs sont également très fréquents.

  • Ce peut être une constipation ou de la diarrhée ou encore, une alternance de diarrhée et de constipation avec parfois une “fausse diarrhée de constipation“ que l'on reconnaît par la présence de matières dures au sein d'un liquide sale.

 


D’autres symptômes sans rapport avec le système digestif sont parfois présents :

  • Maux de tête ou véritables migraines, fatigue ; anxiété, mauvaise haleine, inconfort digestif global, palpitations, nausées, voire des troubles urinaires...

 

Le syndrome du colon irritable touche environ 5% de la population, essentiellement des femmes.

  • Il débute le plus souvent progressivement, sans facteur déclenchant, vers 30-40 ans.
  • Parfois, suite à une forte gastro-entérite ou à un choc psychologique.
  • Bien que bénigne, le syndrome du colon irritable se manifeste souvent de façon chronique avec un retentissement important sur la qualité de vie.



​Son diagnostic repose sur  les critères de Rome III établis en 2006 par une commission internationale d'experts :   

  • Début des symptômes au moins 6 mois avant le diagnostic 
  • Douleur abdominale ou inconfort digestif (sensation abdominale désagréable non douloureuse) pendant au moins 3 jours par mois durant les 3 derniers mois 
  • Associés à au moins deux des critères suivants : amélioration par la défécation, survenue associée à une modification de la fréquence des selles, survenue associée à une modification de la consistance des selles

 

à quoi est-il du ?

Le syndrome du côlon irritable est dû à une hypersensibilité de l’intestin et à une perturbation de la motricité digestive.

  • Les ballonnements douloureux sont notamment la conséquence d'une augmentation de la sensibilité du côlon à la présence de gaz et à l'ingestion d'aliments.
  • La constipation est, elle, déclenchée par une diminution des contractions de certains segments du côlon.
  • Quant à la diarrhée, elle est liée à une augmentation de l'activité propulsive du côlon.

 

On retrouve également dans le Syndrome du Côlon Irritable une composante psychologique et les personnes souffrant du syndrome du colon irritable sont souvent des personnes anxieuses.


 

quels sont les facteurs déclenchants ?


Le syndrome du colon irritable peut être chronique.

Il peut également se manifester par poussées répétitives et les facteurs déclenchants sont principalement :

  • Le stress de la vie de tous les jours
  • L’alimentation. Chez certaines personnes, le seul fait de manger peut déclencher un réflexe entre l'estomac et le côlon qui va augmenter les mouvements propulsifs et entraîner douleurs et/ou des ballonnements douloureux. Chez d'autres personnes, ces symptômes surviennent quand elles mangent certains aliments comme les crudités, les fruits ou les légumes secs.
  • Les médicaments.  Les antibiotiques et anti-inflammatoires connus pour leur effets secondaires sur l'intestin ont un impact encore plus négatif chez les personnes ayant un intestin hypersensible.
  • Les hormones. Chez certaines femmes, les crises surviennent au moment des règles.

 

 

 

comment mieux vivre avec… ?

La prise en charge du Syndrome du Colon Irritable comporte 3 volets :

  • La modification de votre hygiène de vie avec notamment des conseils sur le plan diététique et la pratique d’une activité physique régulière qui peut améliorer la digestion et réduire le stress.
  • La pratique d’activités anti-stress associée à un accompagnement thérapeutique est souvent utile notamment lorsqu'une source particulière de stress est identifiée.
  • Des médicaments pour soulager les douleurs et régulariser le transit lorsque ces deux mesures ne sont pas suffisantes.

 

Alimentation

Elle joue un rôle majeur dans l’apparition ou la disparition des symptômes.

Mais, les aliments concernés sont très variables d’une personne à l’autre.

La première étape consiste donc à identifier les aliments spécifiques qui déclenchent vos douleurs ou vos problèmes digestifs et les supprimer de votre menu ou, à défaut, d’en limiter la consommation.

Parmi les aliments en cause, il est classique de retrouver :

  • Les crudités légumes crus
  • Les choux, choux-fleurs ou brocolis
  • Les féculents : poix, lentilles, légumes secs, pâtes…
  • Les aliments riches en caféine.
  • Les boissons gazeuses ou contenant des sucres artificiels (boissons “light“) et les bonbons sans sucre (sorbitol)

 

Attention, les régimes d'exclusion ne réduisent pas systématiquement douleurs et ballonnements et ne peuvent être prolongés sans risque de déséquilibre nutritionnel.

Dans tous les cas, il sera important de bien vous hydrater.

 

Gestion du stress

Il est fréquent que les douleurs soient exacerbées en période de stress ou de situation difficile (divorce, chômage...).

La douleur est, elle aussi, un stress en soi surtout lorsqu’elle est intense et qu’elle dure.

  • La pratique d’une activité physique (deux fois 30 minutes par semaine au minimum) permet à la fois de lutter contre le stress et de lutter contre la constipation et les douleurs.
  • La relaxation, la méditation, l’hypnose, le yoga ou encore l’acupuncture  sont également des techniques qui peuvent vous aider à mieux gérer votre stress et à maîtriser peu à peu vos symptômes de manière autonome.
  • Parallèlement, faites en sorte de tenter d’organiser votre vie pour réduire, dans la mesure du possible, les situations stressantes.

Pour certaines personnes, des séances de psychothérapie ou de thérapie cognitivo-comportementale peuvent être bénéfiques.

 

Accompagnement thérapeutique

  • Bien comprendre le problème fait aussi partie du traitement.
  • Identifier les aliments ou les circonstances qui déclenchent les douleurs ou les problèmes digestifs.
  • Savoir les éviter.
  • Adapter sa vie en cas de stress.
  • Identifier les moments de bien-être.

 

Tous ces points sont essentiels pour vous fixer des objectifs que vous pourrez ensuite faire évoluer.

Savoir que cette maladie, bien que gênante, demeure bénigne est également un point très positif.

Bénéficier d’un accompagnement thérapeutique, c’est acquérir des compétences et devenir un vrai partenaire avec votre médecin ou votre psychologue…

 

Les médicaments

  • Les antispasmodiques comme le phloroglucinol sont les médicaments le plus souvent prescrits pour leur action contre les spasmes et diminuer les douleurs. 
  • Les pansements gastro-intestinaux permettent d’atténuer la sensibilité intestinale et de lutter contre les ballonnements.
  • En cas de constipation, le premier réflexe est d’augmenter progressivement votre apport en fibres. Si cela n’est pas suffisant, les laxatifs osmotiques soulagent les douleurs et l'inconfort.

Il existe également des laxatifs qui favorisent le transit et ramollissent les selles, à utiliser avec prudence notamment sur de longues périodes.

En cas de diarrhée, les anti-diarrhéiques diminuent la motricité du côlon.

 

  • Pour les ballonnements, les probiotiques sont efficaces.

 

  • Les antidépresseurs à doses antalgiques, inférieures à celles utilisées pour le traitement de la dépression sont également souvent prescrits pour soulager les symptômes digestifs. La dose efficace est variable en fonction des personnes et le traitement débutera par des doses faibles à augmenter progressivement par palier de 2 à 3 jours, si nécessaire.

 

 

qui et comment consulter ?

  • Si les douleurs ou les troubles du transit vous empêchent de dormir,
  • En cas de poussée et de troubles importants,
  • Si vous remarquez la présence de sang dans les selles,
  • En cas de perte de poids inexpliquée,

 

Parlez-en à votre médecin traitant qui, le cas échéant, vous orientera vers un médecin spécialiste de la douleur.

 

 

bibliographie

  • Mion F. Ducrotté P. Le syndrome du colon irritable toujours d’actualité. Gastroentérologie Clinique et Biologique 2009; 33: S1-S2.
  • Dapoigny M. Syndrome de l’Intestin irritable: épidémiologie/poids économique. Gastroentérologie Clinique et Biologique 2009; 33: S3-S8.
  • Coffin B. Syndrome de l’intestin irritable : diagnostic chez l’adulte. Gastroentérologie Clinique et Biologique 2009; 33: S9-S16.
  • Mathieu N. Comorbidités somatiques dans le syndrome de l'intestin irritable: fibromyalgie, syndrome de fatigue chronique et cystite interstitielle/syndrome de la vessie douloureuse. Gastroentérologie Clinique et Biologique 2009; 33: S17-S25.
  • Ducrotté P. Options thérapeutiques médicamenteuses et diététiques actuelles. Gastroentérologie Clinique et Biologique 2009; 33: S68-S78.
  • Hagege H. Les traitements alternatifs dans le syndrome de l’intestin irritable. Gastroentérologie Clinique et Biologique 2009; 33: S79-S83.  
  • Talley NJ. Irritable bowel syndrome. Intern Med J. 2006; 36(11): 724-728

     

visitez dooloo mag

visitez dooloo mag

vous y trouverez une sélection d'articles qui vous concernent

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus Fermer

,