mieux comprendre le syndrome du canal carpien

Sensations de raideur, engourdissements nocturnes, difficultés à plier les doigts puis douleurs handicapantes…  

Le syndrome du canal carpien est du à la compression du nerf médian lors de sa traversée au niveau du poignet.

Le nerf médian est un nerf important qui assure la sensibilité des trois premiers doigts de la main (le pouce, l’index et le majeur) ainsi que l’innervation motrice du pouce.

Lorsque les tendons fléchisseurs des doigts sont victimes d'inflammation suite à des mouvements répétés par exemple, ils viennent compresser le nerf médian contre le ligament. C'est ce qui explique les douleurs.

 

Le syndrome du canal carpien débute souvent doucement et insidieusement par des sensations de fourmillement (paresthésies) douloureuses et nocturnes dans les trois premiers doigts (le pouce, l’index, le majeur) et préférentiellement dans la main dominante.

  • Cette douleur peut également irradier dans le bras jusqu’à l'épaule. Elle réveille la personne et est soulagée par le fait de secouer la main, de la laisser pendre ou de la masser
  • Parfois, elle s’accompagne d’une impression de gonflement (œdème) des doigts et d’une diminution de la sensibilité (hypoesthésies).
  • Dans les cas plus avancés, une fonte musculaire (amyotrophie) à la base du pouce apparaît : la main perd de sa force avec lâcher d’objets même légers,  difficulté pour mettre des boutons ou tourner une clé dans une serrure.
  • Une paralysie de la main peut également être observée.
  • L'atteinte peut être bilatérale ou partielle et ne concerner que le pouce et l'index.
  • Le syndrome du canal carpien est une pathologie relativement fréquente qui touche surtout les femmes au cours de la grossesse ou de la ménopause ainsi que les personnes qui ont des gestes répétitifs ou excessifs (hyperactivité, travail manuel…).
  • Certains facteurs individuels, comme la taille et la forme du poignet et la forme du nerf médian, peuvent aussi favoriser le syndrome du canal carpien.
  • Dans de rares cas, il est secondaire à une maladie métabolique (diabète, hypothyroïdie) ou fait suite à une fracture du poignet.
  • Sa guérison peut être spontanée après une période de 6 mois en moyenne notamment lorsqu’une seule main est atteinte.
  • En revanche, la présence de symptômes bilatéraux est signe d'un pronostic peu encourageant de guérison naturelle

Son diagnostic dépend des symptômes décrits.

  • Un électromyogramme peut être utile pour analyser la sévérité d’une atteinte nerveuse, précise le type d’atteinte et son niveau, s’il s’agit d’une maladie localisée ou plus générale.
  • En cas de suspicion d’une fracture, d'arthrite ou encore une tumeur est à l'origine de la compression sur le nerf médian, un examen radiologique s’avère nécessaire.
  • En cas de récidive, une IRM peut être nécessaire.

à quoi est-il du ?

Le syndrome du canal carpien est initialement liée à une compression du nerf médian qui bloque la propagation de l’influx nerveux.

  • Schématiquement, lorsque la main fait des mouvements répétitifs ou excessifs, le système de lubrification des tendons essentielle à leur bon fonctionnement devient défaillant : cela entraîne le frottement des tendons de la main sur la gaine dans laquelle ils glissent puis une inflammation.
  • Les tendons enflammés sont plus volumineux, l'espace dans le canal se réduit et le nerf médian qui est plus mou que les tendons se trouve comprimé.
  • Cette compression va progressivement endommager le nerf, provoquer un ralentissement ou un blocage de la conduction nerveuse et une diminution de la réponse motrice et sensitive.
  • Lorsque la compression est sévère et prolongée, les lésions se compliquent au niveau de l’enveloppe du nerf et des fibres qui le constituent puis entraîner l'apparition de symptômes plus graves et permanents comme une atrophie de la main voire une perte fonctionnelle permanente.

La compression peut aussi être due à une anomalie osseuse qui va contribuer à rétrécir le tunnel et parfois, engendrer un cal (saillie osseuse) ou des manifestations arthrosiques…

  • Ce type de compression s'observe surtout après fracture ou rhumatisme par destruction du cartilage du poignet
  • Elle peut également être due à une inflammation des gaines synoviales des tendons fléchisseurs (polyarthrite rhumatoïde par exemple)

 

comment allez mieux ?

Le but du traitement est de soulager les symptômes et, lorsque cela est possible, de prévenir leur aggravation.

  • Les médicaments antalgiques (paracétamol et AINS) sont modérément efficaces et ne sont pas recommandés.
  • Lorsque les symptômes sont légers ou transitoires, une simple élimination ou une réduction considérable des mouvements et des activités qui semblent exacerber les symptômes peut suffire.
  • Le port d'une attelle pour maintenir le poignet dans un plan neutre est également efficace.
  • Chez certaines personnes et notamment lorsque le syndrome du canal carpien est lié à une inflammation d'origine arthritique, les infiltrations de corticoïdes peuvent apporter un soulagement à court terme.
  • En cas d’échec ou de nécessité de répéter les infiltrations ou d’emblée si vous présentez des signes déficitaires sensitifs ou moteurs, la chirurgie est le traitement de référence.

 

réduire les mouvements qui exacerbe la douleur

L’objectif est de d’éviter les sollicitations excessives et avant toute chose, cela passe par une identification des facteurs favorisant et notamment des gestes répétitifs, des postures statiques et longues et le travail en force répété :

  • Réduire les risques de flexion ou d'extension excessive du poignet.
  • Adopter une préhension plus relâchée en conduisant, en écrivant ou en maniant des outils
  • adopter une bonne posture au bureau, avec un bon positionnement du clavier et de la souris (coudes posés sur le bureau, fléchis à 90°, votre main dans le prolongement de vos avant-bras pour manipuler la souris).
  • Faire des pauses régulières si vous exécutez des tâches répétitives avec des exercices de rotation et d’étirement doux des poignets
  • Le cas échéant, utiliser le plus possible la main qui ne souffre pas et en parler avec votre médecin du travail pour essayer d’adapter au mieux votre poste.
  • Durant la journée, vous pouvez faire des bains écossais (plonger votre main dans un bain froid puis dans un bain chaud, en alternant à plusieurs reprises) ou encore appliquer de la glace.

  • La nuit, une attelle qui maintient le poignet en position neutre évitant de comprimer le nerf permet également de soulager la douleur.

 

les infiltrations de corticoïdes

Une infiltration de corticoïdes retard effectuée chez le médecin peut être envisagée en cas de violentes douleurs ou de douleurs persistantes.

  • L'injection se fait dans le canal carpien permettant de diminuer la pression dans le canal.
  • L'action antiinflammatoire permet un soulagement des douleurs d'une durée moyenne de 3 mois, variant selon chaque personne.
  • Le nombre d'infiltrations est limité à 3 en raisons notamment des effets secondaires néfastes pour les tendons.

 

la chirurgie

Elle consiste à sectionner le ligament qui exerce une pression sur le nerf médian.

  • Réalisée par voie endoscopique (incision de 1cm) ou à ciel ouvert (incision d’environ 3 - 4 cm), l’intervention est réalisée en ambulatoire (vous sortez de l’hôpital le jour même).
  • Dans la grande majorité des cas, elle se pratique sous anesthésie locorégionale c’est à dire que seul, votre bras est anesthésié.
  • La mobilisation douce et progressive est conseillée assez précocement.
  • Les douleurs et fourmillements provoqués par le syndrome du canal carpien disparaissent rapidement après l'intervention.
  • Dans les semaines et les mois qui suivent, il est conseillé d'utiliser sa main normalement, mais d'éviter les contraintes forcées (comme le port d'objets lourds).
  • Votre médecin pourra aussi vous proposer des séances de kinésithérapie.

 

qui et quand consulter ?

  • Vos mains sont par moment engourdies et ce problème dure depuis plus de trois semaines (plus on retarde la consultation, plus la rééducation sera longue).
  • L'engourdissement que vous ressentez s'accompagne d'une perte de sensibilité et de dextérité.
  • La douleur vous réveille la nuit.

Ces douleurs sont caractéristiques du syndrome du canal carpien : parlez-en à votre médecin qui vous fera passer un électromyogramme, qui permet de visualiser l'état du nerf médian en analysant la vitesse de la réponse nerveuse.

  • Si le nerf n'est pas comprimé (vitesse nerveuse rapide), c'est qu'une autre cause est à l'origine des symptômes.
  • Si le nerf est un peu comprimé (vitesse nerveuse ralentie), votre médecin vous prescrira le port d'une attelle nocturne et vous orientera vers un rhumatologue qui pourra, s'il l'estime nécessaire, procéder à des infiltrations.
  • Si le nerf est très comprimé (vitesse nerveuse très lente), vous orientera vers le chirurgien qui opérera rapidement.

Selon les nouvelles directives de l'Assurance Maladie, c’est la démarche à suivre pour que l’ensemble des actes soient remboursés.

Après l'opération, suivez bien les conseils de votre chirurgien et consultez au moindre doute.

 

bibliographie

  • Dreanot, Albert JD. et al. Syndrome du canal carpien. EMC-Appareil locomoteur. 2011:1-8.
  • Haute Autorité de santé (HAS) 2012. Chirurgie du syndrome du canal carpien : approche multidimensionnelle pour une décision pertinente.
  • Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Les troubles musculosquelettiques du membre supérieur. Guide pour les préventeurs 2011.
  • COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie. Item 279 : Radiculalgie et syndrome canalaire. Université Médicale Virtuelle Francophone 2010-2011 :15-16.
  • Mimassi N. Baron D. et al. Douleur et travail. Canal carpien opéré : facteurs pronostiques. Douleurs 2008 ; 8 :A37-A56.
  • Haute Autorité de santé (HAS) 2001. Chirurgie du canal carpien : chirurgie à ciel ouvert ou techniques endoscopiques ?

en savoir plus

en savoir plus

La technique endoscopique a l’avantage d’éviter la cicatrice et de permettre une reprise d’activité plus rapide.

visitez dooloo mag

visitez dooloo mag

vous y trouverez une sélection d'articles qui vous concernent

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus Fermer

,