Dafalgan codéine

DAFALGAN Codéine est un antalgique (antidouleur) qui associe du paracétamol et de la codéine (dérivé opiacé), titrée à 30 mg par unité de prise.
Il est utilisé pour soulager la douleur aiguë d'intensité modérée à intense lorsque le paracétamol, l’ibuprofène ou l’aspirine utilisés seuls, sont insuffisamment efficaces.
Il peut également être utilisé d'emblée dans le traitement des douleurs fortes.

  • Selon la classification de l’OMS, c’est un antalgique de palier II.
  • Selon la nouvelle classification des antalgiques, c’est un antalgique anti-nociceptif opioïde.

IZALGI se présente sous forme gélules, disponible uniquement sur prescription médicale, remboursé par la Sécurité sociale.
Il est réservé à l’adulte de plus de 15 ans.

à retenir
  • Antalgique de palier 2 (OMS)
  • Antalgique antinociceptif opioïde (nouvelle classification)
  • Douleurs modérées à intenses.
  • 1 g par prise et 4 g par jour maximum chez l’adulte

comment agit-il ?

Par son association de 2 molécules, IZALGI combine deux modes d’actions complémentaires :

  • Le paracétamol agit principalement au niveau du cerveau et empêche la transmission de la douleur. 
  • La codéine qui se transforme en morphine au niveau du foie, va renforcer l’action du paracétamol sur la perception de la douleur par le cerveau.

Selon la nouvelle Classification de D. Lussier et P. Beaulieu, on parle d’antalgique antinociceptif.

comment et quand le prendre ?

Comme pour tous les antalgiques, l’ajustement des doses est strictement individuel et doit être adapté par le médecin en fonction de l'intensité de la douleur, de la réponse de chaque personne et des médicaments éventuellement associés

  • Il est essentiel de respecter la posologie et la durée de traitement prescrites par votre médecin.
  • Si le traitement paraît insuffisant, n'hésitez pas à reprendre contact avec lui.
  • Si votre traitement est long et/ou à des doses importantes, ne l’arrêtez pas brutalement mais selon les recommandations de votre médecin.
  • Si votre prescription comprend plusieurs prises et que vous en oubliez une, prenez normalement la suivante comme si vous n’aviez pas fait d’oubli, sans prendre une double dose pour compenser.

Cet antalgique contenant de la codéine est destiné à être utilisé en deuxième intention, lorsque l'aspirine, l'ibuprofène ou le paracétamol, utilisés seuls, sont insuffisamment efficaces. Il peut néanmoins être utilisé d'emblée dans le traitement des douleurs fortes.
Ce médicament peut retarder un diagnostice en masquant la douleur ; ne le prenez pas sans l'avis de votre médecin, ne le conseillez pas à un proche.

Chez l'adulte, la posologie usuelle est de 1 à 2 comprimés, 1 à 3 fois par jour, en respectant un intervalle minimal de 4 heures entre les prises. En cas d’insuffisance rénale l'intervalle entre 2 prises doit être au minimum de 8 heures.
Chez la personne ^agée, la posologie est généralement réduite de moitié.
Les prises systématiques régulièrement réparties sur les 24h permettent d’éviter les oscillations de la douleur.

Les comprimés pelliculés sont à avaler tels quels avec un grand verre d’eau, indifféremment au cours ou en dehors des repas.
Les coimprimés effervecents sont à dissoudre dans un grand verre d'eau.

que changer dans mon mode de vie et mon alimentation ?

La codéine ralentit le transit intestinal et contribue à une déshydratation des selles.

  • De fait, elle entraîne très souvent de la constipation.
  • Veillez à boire suffisamment (1,5 l par jour) et à augmenter la consommation de fibres dans votre alimentation ainsi qu’à utiliser le laxatif prescrit par votre médecin.
  • En début de traitement et notamment chez les patients anxieux ou les patients vomissant sous chimiothérapie, la morphine peut entraîner des nausées, de vomissements.
  • Ils cèdent bien souvent spontanément sous quelques jours.
  • S’ils ne régressent pas, parlez-en à votre médecin qui pourra vous prescrire un médicament adapté.

Elle peut également entrainer de la somnolence, parfois intense chez certaines personnes.

  • Ce risque est augmenté en cas de consommation d’alcool.
  • Soyez prudent lors de la conduite de véhicule et évitez l’alcool pendant toute la durée du traitement.

Plus rarement : la codéine peut induire un ralentissement de la respiration et des spasmes au niveau des bronches.

N’hésitez pas à en parler avec votre médecin qui réévaluera les posologies voire modifiera votre traitement en changeant molécule.

Le paracétamol est une molécule généralement bien tolérée.
Parfois, chez certaines personnes, il peut entrainer une réaction allergique ou une rougeur cutanée (pouvant se manifester par un brusque gonflement du visage et du cou. Exceptionnellement, des saignements de nez ou des gencives.

En cas de traitement prolongé à fortes doses, ce médicament peut parfois entraîner un état de dépendance et un syndrome de sevrage en cas d’arrêt brutal.

Veillez à respecter la prescription de votre médecin et en cas d’effets secondaires, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin qui réévaluera les posologies voire modifiera votre traitement en changeant molécule.

Précautions d’utilisation

Le paracétamol est présent dans de nombreux médicaments, seul ou en association avec d'autres substances. Assurez-vous de ne pas prendre simultanément plusieurs médicaments contenant du paracétamol : cela peut entraîner un risque de surdosage toxique pour le foie.

Il est également important d’informer votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez des sédatifs, un anticoagulant ou un autre médicament ayant un possible effet toxique sur le foie : phénobarbital, phénytoïne, carbamazépine, topiramate, rifampicine par exemple.

En raison de la présence de poudre d'opium, l'utilisation de ce médicament doit par ailleurs être prudente en cas d'hypertension intracrânienne, de toux grasse, chez les personnes âgées et chez les personnes ayant subi une ablation de la vésicule biliaire.

Elle sera notamment limitée à 3 g par jour chez les personnes de moins de 50 kg et chez la personne âgée ainsi que dans les cas suivants :

  • Atteinte grave du foie
  • Atteinte grave du rein (clairance de la créatinine < 10 ml/min) : l’intervalle entre deux prises sera au minimum de 8 heures
  • alcoolisme chronique
  • malnutrition chronique
  • Déficit en gluthation (G6PD)
  • Ce médicament est réservé à l’adulte et ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

  • Asthme et insuffisance respiratoire
  • Enfant de moins de 15 ans
  • ​En association avec les médicaments contenant :
    • un dérivé morphinique agonistes-antagonistes tels que  la nalbuphine, de la buprénorphine ou de la pentazocine : diminution de l’effet antalgique par blocage compétitif des récepteurs avec risque d’apparition d’un syndrome de sevrage.
    • un dérivé morphinique antagonistes partiels tels que la naltrexone, nalméfène : risque de diminution de l’effet antalgique.
  • Grossesse 
  • allaitement.

Tous les médicaments contenant la molécule

  • ANATRENE CODÉINE
  • CLARADOL CODEINE
  • CODOLIPRANE
  • KLIPAL CODEINÉ
  • PARACETAMOL CODEINE ARROW
  • PARACETAMOL CODEINE BIOGARAN
  • PARACETAMOL CODEINE MYLAN
  • PARACETAMOL CODEINE EG
  • PARACETAMOL CODEINE SANDOZ
  • PARACETAMOL CODEINE CRISTERS