Seropram

Le citalopram est un antidépresseur traditionnellement utilisé pour traiter les épisodes dépressifs majeurs et prévenir les attaques de panique.

Il est également utilisé pour soulager certaines douleurs chroniques d’origine neuropathique, notamment en stimulant l'humeur et en améliorant le sommeil.

Le citalopram se présente sous forme de comprimés, de solutions buvables et de solutions injectables et est disponible uniquement sur prescription médicale.

à retenir
  • Antidépresseur 
  • Antidouleur, modulateur des contrôles descendants inhibiteurs ou excitateurs (nouvelle classification).
  • Dose maximale : 40 mg/j

comment agit-il ?

Le citalopram est un antidépresseur qui agit sur les systèmes de modulation de la douleur, en inhibant de manière sélective la recapture d’une substance présente dans le cerveau : la sérotonine. Il appartient à la famille des inhibiteurs de la recapture sélective de la sérotonine (ISRS).

En tant qu’antalgique, le citalopram appartient selon la  nouvelle Classification de D. Lussier et P. Beaulieu, au groupe des modulateurs des contrôles descendants inhibiteurs ou excitateurs.

Son efficacité est proche de celle des antidépresseurs tricycliques (amitryptyline, imipramine, clomipramine) tout en bénéficiant d’un profil de tolérance plus favorable.

comment et quand le prendre ?

Comme pour tous les antalgiques, l’ajustement des doses est strictement individuel et est adaptée progressivement par le médecin en fonction de l'intensité de la douleur et des médicaments éventuellement associés

  • Il est essentiel de respecter la posologie et la durée de traitement prescrites par votre médecin. Et, si le traitement paraît insuffisant, n'hésitez pas à reprendre contact avec lui.
  • Si vous prenez ce médicament régulièrement depuis un certain temps (par ex. plus d'un mois), ne cessez pas de le prendre sans en parler d'abord à votre médecin. Pour éviter les effets de sevrage, une réduction graduelle de la dose est recommandée avant d'arrêter.
  • Si vous oubliez une dose, prenez le médicament dès que vous constatez l'omission et reprenez la suite du traitement aussitôt que possible. S'il est presque temps de votre prochaine dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel, n'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

A titre indicatif, le traitement pour les douleurs neuropathiques sera initié à faible dose.

En fonction des douleurs et de la tolérance, la dose peut être progressivement augmentée jusqu’à la dose maximale en plusieurs prises par palier de 5 à 7 jours jusqu’à atteindre la dose efficace présentant le moins de signes d’intolérance.

  • Le citalopram existe sous formes de comprimés, de solutions buvables et de solutions injectables.
  • Les comprimés sont à prendre avec un verre d’eau, de préférence le matin, indifféremment au cours ou en dehors des repas, sans les croquer, ni les mâcher. Ils peuvent être coupés si ils sont sécables.
  • La solution buvable est accompagnée d’une seringue pour vous aider à prélever la quantité prescrite par votre médecin. Pensez à bien refermer le flacon après usage.
  • Les solutions injectables sont réservées à l’usage hospitalier.  

que changer dans mon mode de vie et mon alimentation ?

Le citalopram est généralement bien toléré.

Il peut en début de traitement chez certaines personnes entraîner des troubles digestifs de type constipation ou diarrhée, des nausées ou vomissements et une sécheresse de la bouche.

  • En cas de constipation, nous vous conseillons de bien vous hydrater en buvant au moins 2 litres d’eau par jour, de manger des fibres et de vous faire prescrire un laxatif doux.
  • Il est également conseillé de bien se brosser les dents et de les faire surveiller régulièrement.

Le citalopram peut également être à l'origine d'une somnolence ou d'étourdissements, de maux de têtes, de vertiges, fatigue, insomnie et de nervosité.

  • Ce risque est augmenté en cas de consommation d’alcool ou encore par la prise concommittante d’autres médicaments à effet sédatif.
  • Soyez prudent lors de la conduite de véhicule et évitez l’alcool pendant toute la durée du traitement.

Chez certaines personnes, le citalopram peut également entraîner des sueurs, des troubles sexuels, des éruptions cutanées…

  • Ces effets sont temporaires et sans gravité.
  • S’ils persistent, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin qui réévaluera les posologies voire modifiera votre traitement en changeant molécule.

Précautions d’utilisation

Chez certaines personnes, la posologie du citalopram nécessite d’être réduite ou adaptée.

Chez d’autres, le citalopram n’est pas du tout indiqué.

Certains médicaments peuvent modifier l’action de la paroxétine.

Ne manquez pas d'informer votre médecin des troubles médicaux ou des allergies que vous pourriez avoir, des médicaments que vous utilisez et de tout autre fait important au sujet de votre santé. Ces facteurs pourraient avoir une influence sur la façon dont vous devriez employer ce médicament.

Le citalopram est, par ailleurs, déconseillé chez les enfants et adolescents de moins de 18 ans.

Chez certaines personnes la posologie nécessite d'être réduite :

Certaines personnes nécessitent une surveillance particulière : 

  • Les patients recevant d’autres traitements agissant sur le système nerveux central, à effet sédatifs, les anticoagulants oraux, les médicaments de type atropinique ou qui abaissent le seuil épileptogène (susceptibles de déclencher une crise d’épilepsie), les médicaments susceptibles d’augmenter le risque de syndrome sérotoninergique (lithium, tramadol, triptans, tryptophane…) ou de troubles du rythme cardiaque ou de l’hypotension…
  • En cas de maladie du cœur : hypertension artérielle, insuffisance cardiaque, troubles du rythme ou de la conduction cardiaque.
  • Insuffisance rénale ou hépatique
  • Glaucome à angle fermé.
  • En cas de diabète.
  • Epilepsie ou antécédents d’épilepsie.
  • Dépression, idées suicidaires, troubles psychiques ou anxieux : ce traitement peut potentialiser ces états d’âmes. 
  • Risque hémorragique, en particulier personnes sous traitements anticoagulants, antiplaquettaires ou par AINS.
  • Les personnes qui prennent Millpertuis : cette plante est déconseillée en association avec le citalopram

Tous les médicaments contenant la molécule

  • CITALOPRAM ARROW
  • CITALOPRAM BIOGARAN
  • CITALOPRAM EG
  • CITALOPRAM IREX
  • CITALOPRAM MYLAN
  • CITALOPRAM SANDOZ
  • CITALOPRAM TEVA
  • CITALOPRAM ZENTIVA
  • CITALOPRAM ZYDUS
  • SEROPRAM

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus Fermer

,