hydromorphone

L’hydromorphone est un antalgique (antidouleur) qui s’apparente à la morphine utilisé pour soulager les douleurs intenses et rebelles aux autres traitements antidouleur, en particulier pour les douleurs d’origine cancéreuses en cas de résistance ou d’intolérance à la morphine.

 

Selon la classification de l’OMS, c’est un antalgique de palier III.

 

L’hydromorphone est disponible sous forme de gélule à libération prolongée, sur prescription médicale et sur une ordonnance sécurisée valable 28 jours.

à retenir
  • Antalgique de palier III 
  • Antinociceptif opioïde 
  • Douleurs intenses et rebelles (cancer)

comment agit-il ?

 

L’hydromorphone est un agoniste morphinique spécifique des récepteurs mu.

  • Elle agit en se fixant sur les récepteurs opiacés présents dans notre cerveau et notre moelle épinière et qui ont pour rôle la réception des messages douloureux.
  • Ainsi, l’hydromorphone bloque l’influx nerveux qui véhicule le message douloureux.
  • Son action est 7,5 fois plus puissante que la morphine.

 

Selon la nouvelle classification des antalgiques, on parle d'antalgique antinociceptif opioïde.


 

comment et quand la prendre ?

Comme pour tous les antalgiques, et à fortiori pour la morphine et ses dérivés, l’ajustement des doses est strictement individuel et est adaptée progressivement par le médecin en fonction de l'intensité de la douleur et des médicaments éventuellement associés

  • Il est essentiel de respecter la posologie et la durée de traitement prescrites par votre médecin.
  • Si le traitement paraît insuffisant, n'hésitez pas à reprendre contact avec lui.
  • Si votre traitement est long et/ou à des doses importantes, ne l’arrêtez pas brutalement mais selon les recommandations de votre médecin.
  • Si votre prescription comprend plusieurs prises et que vous en oubliez une, prenez normalement la suivante comme si vous n’aviez pas fait d’oubli, sans prendre une double dose pour compenser.

 

 

L’hydrorphone se présente sous forme de gélule à libération prolongée, qui libèrent lentement la molécule et apporte un soulagement sur une longue période.

  • La posologie dépend de la sévérité de la douleur et des besoins antérieurs en morphine.
  • Lors d’une substitution de la morphine par l’hydromorphone, le médicament est adminsitré à la place de la morphine LP à l’horaire habituel de la prise de morphine LP.
  • Les gélules seront administrées à 12 heures d’intervalle, avalées entières avec un verre d’eau, sans être machées ou croquées et jamais en position allongée.
  • Elles ne doivent pas être ouvertes sauf mention contraire.
  • Leur contenu ne doit pas être écrasé.

     

que changer dans mon mode de vie et mon alimentation ?

  • L’hydromorphone ralentit le transit intstinal et peut chez certaines personnes entraîner de la constipation.
  • Veillez à boire suffisamment (1,5 l par jour) et à augmenter la consommation de fibres dans votre alimentation ainsi qu’à utiliser le laxatif prescrit par votre médecin.
     
  • En début de traitement et notamment chez les patients anxieux, elle peut être responsable de nausées et de vomissements, de vertiges ou d’hypotension orthostatique (sensation de tête qui tourne lorsqu’on se lève trop rapidement) 
  • Ils cèdent bien souvent spontanément sous quelques jours.
  • S’ils ne régressent pas, parlez en à votre médecin qui pourra modifier votre traitement ou vous prescrire un médicament adapté.
     
  • L’hydromorphone peut également entrainer de la somnolence parfois intense chez certaines personnes.
  • Ce risque est augmenté en cas de consommation d’alcool.
  • Soyez prudent lors de la conduite de véhicule et évitez l’alcool pendant toute la durée du traitement.
     
  • Plus rarement : elle peut induire une anomalie de la coordination des mouvements, cauchemars, hallucinations, excitation, éruption cutanée, pertubation du goût, difficultés à uriner
  • N’hésitez pas à en parler avec votre médecin qui réévaluera les posologies voire modifiera votre traitement en changeant molécule.

     

Précautions d’utilisation

  • Les antalgiques et à fortiori les dérivés de la morphine ne sont pas des médicaments anodins.
  • Ce médicament vous a été prescrit dans une situation précise : ne le conseillez pas à un proche et ne le réutilisez pas sans avis médical.

 

  • Certains médicaments peuvent modifier l’action de l’hydromorphone.
  • Des précautions sont également nécessaires en présence de maladies des reins, du foie ou du cœur ainsi que chez les personnes âgées.
  • Il est donc très important d’informez votre médecin des médicaments que vous prenez ainsi que des maladies dont vous souffrez.
  • Une surveillance particulière est aussi nécessaire pour l'enfant né d'une mère sous traitement afin de parer à l'éventualité d'un syndrome de sevrage.
  • Ce médicament passe dans le lait maternel et pourrait être responsable d'effets indésirables chez le nourrisson.
  • Si un traitement régulier par la morphine ou un de ses dérivés est nécessaire, l'allaitement doit être suspendu.

     

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus Fermer

,