qu'est-ce que la douleur ?

 

La définition officielle de la douleur est celle de l’Association Internationale pour l’Etude de la Douleur (IASP).

“ La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle, ou décrite dans ces termes “.

  • Sensorielle

Cela signifie qui se rapporte nos organes des sens et les structures nerveuses qu'ils mettent en jeu et aux messages qu'ils véhiculent.

Cela permet le décodage de la douleur à type de brulûre, décharge électrique, torsion, étau, fourmillements … 

Cela permet également de localiser la douleur et d'évaluer son intensité.
 

  • Émotionnelle

Cela signifie que la douleur étant désagréable par nature elle peut être plus ou moins supportable, pénible, angoissante pouvant mener à un état anxio-dépressif.

 

  • Subjective, individuelle et pourtant bien réelle 

Pour votre entourage, il n’y a pas de preuve formelle de votre douleur et de son intensité, comme pour la fatigue ou la bonne humeur.

Sa signification peut être aussi liée au parcours de vie : de quelle manière je  me suis comporté lors d'expériences antérieures ou des expériences que j'ai pu observer.

C’est ce qui la rend difficile à communiquer.

 

Ces différents aspects, ces composantes de la douleur sont décrits  à un autre chapitre de manière  plus précise.

 

quelle est donc la différence entre douleur aiguë et douleur chronique ?

 

 

douleur aigue

 

Nous avons tous ressenti de la douleur aiguë.

C’est le type de douleur que l’on éprouve lorsque l’on se fait une entorse à une cheville après une chute ou lorsque l’on marche sur  un  objet  pointu , ou lorsque l'on se brule en cuisinant  voir une douleur dentaire.

  • La douleur aiguë est un symptôme (un signal d'alarme) qui, avec d’autres symptômes, va servir à établir un diagnostic.
  • Son principal rôle est de protéger l’organisme. Sans elle, nous ne prendrions pas conscience qu’il existe une lésion “physique” (par exemple une fracture).
  • C’est elle aussi qui nous alerte qui nous incite à prendre conscience du danger (par exemple, d’enlever sa main lorsqu’on pose le doigt sur une surface chaude) et à demander des soins.
  • Sa principale caractéristique : elle est transitoire, de courte durée puis disparaît avec le traitement de la cause. Ce peut être des médicaments, des soins locaux ou des moyens physiques comme le froid, la pose d’une attelle.

La douleur aiguë est un signe d’alarme utile.

Elle met en alerte et invite à remédier à une situation dangereuse pour son intégrité physique.

 

 

douleur chronique

 

Contrairement à la douleur aigue, la douleur chronique n’apporte plus une information utile pour l’organisme.

La douleur chronique est un véritable syndrome ou maladie en soi, indépendante de sa cause initiale et demandant à être traitée comme telle.

Généralement, on parle de douleur chronique lorsqu’elle dure au-delà de 3 à 6 mois.

 

 

Douleur Aigue

= Douleur Symptôme

Douleur chronique

= Douleur Maladie

Courte durée

Persistante (> 3 mois)

Signe d’alarme utile, protection

Véritable maladie, inutile, destructrice

Cause unique

Plusieurs facteurs mis en jeu

Médical classique

curatif

Prise en charge pluridisciplinaire

 

  • Les douleurs chroniques affectent de très nombreuses personnes : 15 à 20% des adultes en France
  • Les causes les plus fréquentes sont des douleurs d’origine musculo-squelettique ou neurologique.
  • Elles peuvent également survenir ou être exacerbée à la suite d’un stress engendré par diverses circonstances éprouvantes : situations familiales conflictuelles, maladie d’un enfant, conflits professionnels, suite à une intervention chirurgicale…
  • Dans tous les cas, la douleur chronique induit de nombreux retentissements : physique, psychologique, familial et social.

 

Grâce à un traitement antalgique adapté et réévalué, certaines personnes peuvent la plupart du temps gérer leurs douleurs et maîtriser leurs répercussions dans la vie quotidienne.

Chez d’autres, les antalgiques classiques, y compris les opioïdes forts (morphine) ne sont pas la solution et une prise en charge dans une consultation ou un centre douleur se justifie.

La prise en charge repose alors sur une  évaluation, un historique et une analyse des bilans effectués pour comprendre cette douleur.

Il s'agit de bien préparer cette consultation demandée par votre médecin.

La consultation se passe  par une écoute sans préjugés,  le patient est informé de la complexité de ces douleurs chroniques.

Sa prise en charge est globale et structurée pouvant faire appel à plusieurs disciplines pour prendre en compte toutes les principales conséquences.

L’avantage d’une prise en charge pluridisciplinaire est de proposer les thérapeutiques antalgiques appropriées et d'aider le patient à retrouver l’énergie nécessaire pour mobiliser ses ressources personnelles.

Pour cela, il est important de définir des objectifs.

 

 

Les différents types de douleurs

Les composantes de la douleur chronique

Les circuits de la douleur

Les facteurs d'entretien de la douleur 

Evaluation de la douleur

 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus Fermer

,