mieux comprendre le rôle de mon médecin traitant 

 

Votre médecin traitant est votre premier interlocuteur !

 

Lorsqu’on a des douleurs invalidantes qui durent et qui ne sont pas soulagées par les médicaments que l’on trouve en vente libre en pharmacie, naturellement, on va consulter son médecin traitant

Il n’est pas normal qu’une douleur se prolonge et votre médecin traitant à un rôle essentiel dans la prise en charge de la douleur.

Dans son évaluation. Dans son soulagement.

De votre côté, il est aussi utile de lui décrire concrètement ce que vous ressentez, son intensité, ce qui l’influence, son retentissement sur votre vie quotidienne.

Une bonne description l’aidera à trouver les solutions les mieux adaptées ainsi que les attitudes qu’il serait préférable d’adopter pour ne pas vous laisser envahir.

Parallèlement, la douleur s’accompagne souvent de modifications émotionnelles, faisant partie du registre de l’anxio-dépression.

De fait, elle entraîne des modifications comportementales et des difficultés sociales, familiales et professionnelles.

Un handicap fonctionnel peut s’y associer.

 

 

C’est aussi lui qui vous orientera vers une structure douleur.

 

Les structures douleur sont dédiées à la douleur chronique et ne prennent pas en charge toutes les douleurs.

Les douleurs aiguës provoquées par exemple par une crise d’appendicite ou encore un infarctus du myocarde, une hémorragie cérébrale ou une fracture de jambe sont prises en charge par d’autres équipes soignantes.

En outre, l’accès à ces structures douleur s’effectue uniquement sur rendez-vous, avec l’accord de votre médecin généraliste ou de votre spécialiste (en accord avec votre médecin traitant)...

C’est la clé pour accéder aux centres douleur !

Pour ce faire, et si votre médecin traitant juge nécessaire de vous adresser à une structure douleur, il adressera à la structure la plus proche de votre domicile un dossier complet avec les examens déjà réalisés, les traitements que vous avez pris pour soulager vos douleurs… ainsi qu’un courrier expliquant pourquoi solliciter un rendez-vous.

En retour, le centre douleur vous contactera pour fixer un premier rendez-vous de consultation.

 

En fonction de leur localisation, les délais d’attente peuvent être longs : entre deux semaines et trois mois, la demande étant de plus en plus forte.

C’est pour cela que votre médecin doit exprimer clairement dans le courrier le caractère urgent ou non, de la prise en charge.

C'est par exemple le cas des pathologies douloureuses cancéreuses, des algies vasculaires de la face, des névralgies du trijumeau… qui malgré un traitement étiologique n'ont pas été correctement gérées sur le plan douleur.

 

Il vous aidera dans la préparation de votre consultation au centre douleur

 

Une consultation médicale est un moment important et s’y préparer permet d’en tirer le meilleur profit.

Votre médecin généraliste qui vous suit depuis de nombreuses années vous connaît bien, il vous aidera à réunir l'ensemble des éléments de votre dossier médical.

  • Il peut s’agir d’examens complémentaires : prises de sang, radiographies, échographies, scanners ou IRM, résultats de biopsies…, d’ordonnances que vous avez déjà reçues concernant vos douleurs, ou de votre traitement habituel si vous en avez un, ou encore de médicaments que vous prenez sans ordonnance (homéopathie, vitamines ou autres).
  • Il peut également s’agir des courriers ou des comptes-rendus opératoires venant de spécialistes déjà consultés précédemment pour le même problème.
  • Et bien entendu, le courrier de votre médecin.
  • Il vous aidera également à lister toutes sur l'historique de votre maladie, l'évolution de votre douleur, ses caractéristiques, son intensité, ses conditions d'apparition et de disparition, les traitements déjà essayés....afin de répondre le plus justement possible aux questions du spécialiste.

 

C’est lui qui va coordonner votre prise en charge.

 

Votre médecin traitant a un rôle essentiel dans la coordination de votre prise en charge.

Les algologues du centre douleur gardent un lien avec lui par le biais de courriers résumant chaque consultation.

L’objectif ultime étant de préserver votre mobilité, de s’adapter aux évolutions de votre PR ou AJI et de maintenir vos capacités physiques.

C’est aussi votre médecin traitant qui pourra vous proposer des un programmes d’accompagnement  programmes de soins comme Dooloo, pour vous aider dans la prise en charge et le suivi de votre maladie.

Le programme Dooloo permet ce suivi par le médecin traitant via son espace sur le site. Ainsi, la rupture du cordon ombilical médecin/patient est plus facile et le sentiment d’échec que peut ressentir un médecin qui laisse son patient à d’autres spécialistes est apaisé.

En plus de son rôle diagnostic, le médecin traitant a donc un vrai rôle de coordinateur et de transmission de son patient vers une prise en charge pluridisciplinaire.

 

Le médecin a aussi un rôle essentiel dans le rapport que chacun entretient avec le médicament.

 

La consultation est un moment privilégié pour échanger sur votre traitement.

C’est à l’occasion de ces consultations qu’il vous interrogera sur vos traitements, votre régularité dans le suivi de ceux-ci et vos éventuelles automédications

 

La relation entre patient et médecin repose sur la confiance.

Pour être bien soigné, je dois y mettre du mien

  • Je respecte l’heure de mon rendez-vous et pense à apporter ma carte Vitale ainsi que tous les documents nécessaires à une consultation de qualité.
  • Je préviens suffisamment tôt en cas d’empêchement de façon à permettre à d’autres de profiter de ce temps libéré.
  • J’attends mon tour avec calme car je dois savoir qu’un retard s’explique probablement par un cas plus urgent que le mien.
  • Je fournis à mon médecin des informations complètes et sincères sachant que ces informations sont protégées par le secret médical.
  • Je l’écoute avec attention et lui pose toutes les questions nécessaires.
  • Si besoin je me fais accompagner par une personne de confiance.
  • Je ne pousse pas mon médecin à accomplir un acte contraire aux nécessités médicales, aux règlementations et à la loi.
  • Si je suis bénéficiaire de la CMU, AME ou ACS, je fournis l’attestation valide correspondante. De même en cas d’Accident de Travail.
  • Je respecte les prescriptions de mon médecin.
  • Sinon je le préviens pour ne pas me mettre en danger et perdre des médicaments très chers que je déciderais seul de ne pas prendre.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus Fermer

,